Des mots à la mer

des mots à la mer

Des mots à la mer

 

Il y a les hommes et les femmes devant la mer…

Il y a les navires, du simple radeau aux cathédrales éphémères, ils sont le vecteur du rêve

Il y a la mer, dont on sait depuis Joseph Conrad qu’elle est une métaphore parfaite de l‘âme humaine et de ses combats.

Cette lecture, mise en forme pour deux voix, se propose de nous transporter à travers les récits , les poèmes, les témoignages d’auteurs classiques et contemporains, dont le thème principal -lalibi de création- est la mer…

La mer dans tous ses états…

La mer dans tous ses éclats…

 

Textes de :

… ACO SOPOV, THIERRY FABRE, MARIE DESPLECHIN, HENRI MICHAUX, ALESSANDRO BARICCO 

 

Montage, mise en forme et interprétation:

Catherine Sparta & André Lévêque

avec le regard amical de Christine Cardeur

 Compagnie ABALONE

Maison des Associations

55 rue Ampère

13 300 Salon de Provence

06 07 62 16 06

À propos des textes lus

  « Face à la mer » poème d’ Apo Socov dans le recueil :  Anthologie personnelle

             … la mer et nos ancêtres

 « Le fou de mer » extrait de «Traversée » de Thierry Fabre 

         … La déclaration damour dun jeune pêcheur Tunisien à la   méditerranée

 « La perte de la Marie-Galante » extrait de «Aspirant de marine » de     C. S. Forester

         … Récit des mésaventures dun tout jeune officier de la marine anglaise  de 17 ans, face à son premier commandement

 « Je vous écris d’un pays lointain» extrait de « Lointain intérieur» d’ Henri Michaux

         … La mer et la peur

 « Balade en mer » extrait de « Trop Sensible » de Marie Desplechin

         … Lhistoire catatonique et nauséeuse dun premier voyage en mer, à   bord dun voilier de plaisance

 «Le ventre de la Mer» extrait d’ « Océan-Mer » d ‘Alessandro Baricco

       … Témoignage bouleversant dun homme, naufragé de lhorreur sur le radeau de la Méduse 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  …et de quelques chansons de marins

 La chanson du forban

Le 31 du mois dAoût

Le port de Tacoma

 A propos des auteurs….

 

THIERRY FABRE

est chercheur, essayiste et spécialiste de questions culturelles internationales en Méditerranée. Il a organisé de nombreuses manifestations et publié plusieurs articles et ouvrages sur ce thème, notamment La Méditerranée entre la raison et la foi (Actes Sud/Babel, 1998). Il dirige actuellement le programme « Représentations de la Méditerranée » à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il a notamment publié Le Noir et le Bleu (Librio, 1998),Traversées (Actes Sud, 2001, Grand Prix littéraire de Provence) et Les Représentations de la Méditerranée (Maisonneuve et Larose, 2000).

ACO SOPOV

Sa fille, Jasmimna Sopova, traductrice de son oeuvre, parle de lui  » En 1982, la vie de mon père s’est éteinte. Les poèmes demeurent. Recueillis çà et là parmi une quinzaine de livres, ils ne reflètent pas, certes, l’image intégrale de leur auteur : bel homme plutôt silencieux et discret mais non moins convivial, stature svelte presque fragile, regard vert d’une profonde douceur et comme abrité par de très épais sourcils… Ils disent néanmoins l’essentiel. Son intensité d’être. Traduite dans des images qui lui étaient propres, cette intensité d’être devient bûcher, feu, soleil, majestueuse ignition à la fois dévastatrice et créatrice qui, après avoir tout réduit en ruines et décombres, sous la dictée de l’originelle malédiction, renaît de ses cendres.

Le poète macédonien Aco Šopov (Štip,1923 – Skopje, 1982) est considéré comme l’un des poètes les plus éminents de l’Europe du sud-est, au 20e siècle. Poète, traducteur, éditeur et diplomate, il a publié une quinzaine de recueils de poésie en macédonien et autant en langues étrangères, ainsi qu’une quarantaine de livres de poèmes choisis, dont deux disponibles en français:  Anthologie personnelle, Actes Sud/Editions Unesco, 1994, et Soleil noir, Editions PHI, 2012

 CECIL SCOTT FORESTER,

de son vrai nom Cécil Lewis Troughton Smith, est un écrivain britannique né en 1899 au Caire et mort en 1966. Son père était un fonctionnaire britannique posté en Egypte. Il rentre au Royaume-Uni après la séparation de ses parents. Il vit alors très modestement avec sa mère.

Après de courtes études de médecine, il étudie la littérature pour devenir écrivain et journaliste. À partir de 1937, la série Hornblower commence par Retour à bon port (The happy return), c’est un grand succès. Parallèlement, il écrit des scénarios et continue aussi sa carrière de journaliste. Il sera d’ailleurs correspondant de guerre pendant la guerre civile en Espagne et en Tchécoslovaquie après l’invasion nazie

 MARIE DESPLECHIN

est née à Roubaix. Après des études de Lettres, elle est devenue journaliste, avant de se consacrer presque exclusivement à l’écriture de roman et de nouvelles pour adultes et enfants Côté adultes, elle a publié en 1995 un recueil de nouvelles très remarqué, intitulé Trop sensibles. Son premier roman, Sans moi, a connu un vif succès. En 1998, elle a obtenu le prix Tam-Tam pour son roman Verte paru à l’Ecole des Loisirs.

ALESSANDRO BARICCO

Né à Turin, Alessandro Baricco a étudié la philosophie et la musique. Ses romans sont guidés par son amour de la littérature et de la musique. En 1995, avec ‘Les Châteaux de la colère’, il obtient le prix Médicis étranger. La sensibilité musicale de Baricco transparaît dans ‘Novecento pianiste’, roman rythmé par les notes s’échappant du piano du personnage éponyme. Il continue son activité débordante, en publiant régulièrement des romans, dont ‘Sans sang’, en 2002, et des scénarios, comme ‘La Partition espagnole’, rédigée en 1987. Avec ‘Soie’, il s’impose comme un des grands écrivains de la nouvelle génération.

HENRI MICHAUX

Poète français d’origine belge (Namur 1899). Henri Michaux a une enfance maladive vécue à l’écart du monde et toute entière livrée à la rêverie. Après une adolescence profondément troublée par son refus du milieu familiale et par la guerre il songe à se retirer dans un monastère puis s’engage comme matelot. A partir de 1922 il publie ses premiers textes qui déjà révèlent l’essentiel de ce que sera son exploration des abîmes profonds de l’être. La force même de sa poésie est à la mesure de son univers complexe. Elle prend tous les visages : prose ou vers, rythmes hachés ou phrases longues… Dans la poésie contemporaine française, la voix unique d’Henri Michaux est celle d’un homme vivant douloureusement le temps présent.

Aller à la barre d’outils